21 juin 2008 – Blackpool @ Le BarOurcq

Sur les rives du canal où l’on fait de l’aviron, les transats sont de sortie. Le BarOurcq prête aussi des jeux de boule à une clientèle d’habitués branchés. Ils sont nombreux en ce premier jour de l’été, à profiter de ce luxe qu’est Paris, méconnaissable au bord au l’eau, sans bruit de voitures s’il vous plait.

C’est dans ce décor presque idéal que Blackpool se produit en fin de soirée, après une série de sets DJ (dont Sporto Kantès et Olaf Hund). Il y a foule et les plus jeunes sont sans doute aussi les plus déchaînés, malgré l’heure tardive. Alex les excite davantage en les prenant à partie : « hey les kids, techtonite à fond sur celle-là ! ». Le rock électro du quintette parisien n’est peut être pas le plus adapté pour ce style de danse, mais c’est la fête de la musique et il importe avant tout de se faire plaisir.
Plaisir visible sur scène où les sourires échangés sont communicatifs. Même une coupure de courant en plein milieu du concert ne parviendra pas à entamer la bonne humeur collective. Bien au contraire, on en profite pour échanger avec le public et improviser entièrement un morceau, tandis que les machines redémarrent (chapeau bas).
Le groupe, que l’on a comparé au Velvet ou aux Weezer, a décidément la pêche et impressionne. Lorsqu’il termine en apothéose par « Pumpkin», ses membres quittant un à un la scène tandis que le DJ londonien Howie B. (Happy Mondays) commence à s’installer en dansant, il n’aura pas d’autre choix que de revenir pour un rappel. Bien mérité.

Isatagada