9 avril 2008 – Cali à la halle Tony Garnier à Lyon

C’était la troisième fois que je voyais Cali en concert. La première fois, par hasard lors d’un festival vers Perpignan. La fois suivante, au festival Musilac d’Aix les Bains. Je savais donc à quoi m’attendre et j’ai acheté cette place sans hésiter.

Je n’ai pas été déçue. Trois heures de concert, c’est plutôt rare ; moi qui écume les concerts, seul Obispo a égalé cette durée.
Revenons à cali. Toujours aussi foufou en concert. Il monopolise l’attention, échange avec son public et c’est chouette (certains chanteurs arrivent, font leur show et repartent – que c’est naze ! Autant acheter simplement un CD).
Le public accompagne Cali sur ses chansons phares : pensons à l’avenir, je m’en vais, elle m’a dit, je suis laid sans toi, le droit des pères… «Roberta » est carrément reprise par le public. Je me suis toujours demandé quelle émotion peut se dégager chez un chanteur quand des milliers de personnes entonnent son propre répertoire. Moi ça me touche en tant que simple spectatrice alors… ?!
La cerise sur le gâteau : le batteur n’était autre que Didier Kolinka. Vous savez qui c’est, non ? Téléphone, ça vous dit rien ???

Quand ce n’est pas au sujet de l’OL (vous savez l’équipe de foot championne pour la 7ème fois consécutive !) que les artistes taquinent les lyonnais, ils cherchent toujours dans leur mémoire des anecdotes qui se sont déroulées dans notre région. Cali, lui est venu applaudir U2 à Lyon le 11 mai 1991… l’occasion pour lui en ce mois d’avril 2008 de reprendre « with ou without you »…

Un clin d’œil pour l’association pour laquelle il milite : LPLM (www.lplm.info). L’association prône l’égalité des chances entre les hommes et les femmes ; pas une nième structure pour défendre les droits de chacun mais pour que les enfants puissent voir leurs deux parents en cas de séparation ou divorce…

En résumé, j’ai passé un très chouette… long ( 3 heures) moment. Merci Mr Cali.

Sandrine