Debout sur le zinc – De Charybde en Scylla

dslzDebout sur le zinc – De Charybde en Scylla

Qu’il nous paraît loin le temps des Promesses ! Un peu moins d’un an après la sortie de Récréations, petit recueil musical d’inédits, le groupe revient nous livrer un nouvel opus au titre bien énigmatique : De Charybde en Scylla.
Petite définition : Tomber de Charybde en Scylla : n’échapper à un danger que pour se frotter à un autre encore plus grave. Mais où veulent-ils en venir ?

Tout s’explique à l’écoute de l’album, qui évoque les méandres de la vie amoureuse, vus à travers les yeux d’un homme.
Un homme qui, pour reconquérir celle qu’il aime, n’hésite à aller au- delà de ses idées ou principes, à savoir reconnaître ses torts (J’ai), s’embourgeoiser au risque de craquer (Sport 2000), un homme qui se pose beaucoup de questions (« mais comment renoncer au bonheur ? » – Scylla), jette un regard désillusionné sur la conception de l’amour, car l’idéal de l’autre n’est pas forcément celui auquel on aspire (« te garder près de moi ce n’est pas sans danger » – Aller simple), mais surtout un homme plein de tendresse (S’ils savaient – Fin Septembre – En attendant le pire), qui n’hésite pas à se mettre à nu pour dévoiler ses faiblesses (L’arbre).

Des titres savamment orchestrés comme seuls ces sept musiciens savent le faire, avec cependant des accords plus rocks que sur les albums précédents.
Et comme ils le disent eux-mêmes, ils se singularisent de par le mélange des genres, en mêlant instruments électriques et instruments plus traditionnels.
Un bel exemple d’ailleurs avec En attendant, l’instrumental de l’album.

J’ai pour ma part découvert l’univers de DSLZ à la sortie de l’album Des Singes et des Moutons, je me suis empressée ensuite de me procurer les albums précédents … première claque.

Je les ai ensuite vus sur scène (tournée suivant la sortie de l’album Les Promesses), et là seconde claque : j’ai découvert des musiciens qui vivaient pleinement leur concert, et leurs sourires fatigués mais heureux en disaient long sur leur humanité.

Dernière claque, et non des moindres, ils ont été instigateurs, sans le savoir, d’un grand bouleversement dans ma vie (c’est fou ce qu’un titre peut engendrer !)

Alors oui, s’il le faut, je serai la première à me mettre debout sur le zinc pour leur signifier mon total respect !

Sandrine Palinckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *