Joseph d’Anvers – Les jours sauvages

josephdanvers_jourssauvagesJoseph d’Anvers – Les jours sauvages

On croit parfois à la conjonction des choses. Une accumulation de très belles interviews, l’enthousiasme d’une amie fan, les hasards d’une rencontre et pour se décider, un single qui fait mouche avant même d’en connaître l’auteur. Sur les ondes de la radio rock, l’animateur annonce : « c’était Joseph d’Anvers, avec Kids« .

Quoi de plus objectif qu’un test en aveugle ? On se dit que cette fois, on y est à ce point de rencontre des choses, celui qui ouvre la porte vers un artiste. On se dit que ça va être un régal de le chroniquer cet album. On est heureux déjà, comme avant l’ouverture d’un cadeau qu’on attendait depuis longtemps.

On a l’album dans les mains, le livret (joli). Dernière page, et les remerciements d’une famille artistique qu’on aime entre toutes : dEUS, Arman Méliès, Dionysos, ReDeYe, Florent Marchet, Dominique A, un Jean-Charles Versari aussi, amputé de son nom de famille (?)… Tout cela est de bon augure.

Le disque est dans la platine à présent. Mais voilà, passé le premier titre, ce fameux single jouissif qui nous avait conquis d’emblée, on reste suspendu dans l’attente d’une suite qui n’arrive pas. Et on a beau le remettre, cinq fois, dix fois, vingt fois, on cherche en vain ce rythme revendiqué, cette volonté de métissage, même ce côté sombre, cette fièvre, cette épaisseur de l’artiste qui transpire de tout ce que l’on a appris par ailleurs.

Où est là dedans l’apport d’un Mario Caldato qui a collaboré avec Beck comme avec les Beastie Boys ou encore Manu Chao ou Arno ? Où retrouve t’on les géniales influences de Radiodead, Blonde Redhead, Arcade Fire, Gorillaz ? La touche de rock et d’électro ; de hip-hop ? Cette odeur de voyage (le Brésil, Los Angeles) ? Le côté « sauvage » de ces « jours » ? L ‘émotion qui étreint d’un Daniel Darc (dont la rencontre a pourtant été décisive) ? Ces aspérités qui nous accrocheraient ?

En musique, il y a ce que l’on sait, et ce que l’on ressent à l’écoute. Parfois, la transmission ne se fait tout simplement pas.

On retiendra néanmoins de ce disque le premier titre (excellent, on le redit), des invités qui donnent envie de se précipiter sur leur musique (Money Mark sur Kids, The Rodéo sur A mi-distance), des questionnements existentiels qui ne peuvent laisser indifférent (les pages qui se tournent, la peur de la chute, l’affirmation de sa singularité, le refus du cynisme, la volonté de s’élever) et le très beau timbre de voix de Joseph d’Anvers, velouté et sensuel.

On retiendra surtout, au delà d’un sentiment d’inachevé, une promesse. Celle d’un homme à l’évidence intelligent et touchant, humain avant tout, d’une richesse encore inexprimée.
Comme si l’artiste s’était perdu à rechercher ailleurs ce qui était en lui.
Comme si Julien demeurait caché derrière Joseph.

« Laisse moi grandir à tes côtés« , chante Joseph d’Anvers. On est mille fois d’accord.

Car comment ne pas aimer tout à fait, quand on aime ?

Isatagada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *