Svinkels

18h00… Terencio, le gagnant du concours Hexalive et moi arrivons à l’heure. Les Svinks sont là en terrasse… On attend sagement notre tour, avec une ‘tite blonde pour faire passer le temps. Fait pas chaud. Quelques minutes plus tard, ça y est, on est invités joyeusement à venir s’installer avec eux à leur table… Et mon œil averti remarque tout de suite que :

Hexalive : On n’a pas arrêté la bière alors ??

Baste : Ben non, chais pas j’avais envie, j’étais plutôt calme ces derniers temps… tu sais y a une vie après le spectacle… parfois le clown enlève son maquillage…Et ça pose une problématique : parfois on est sur scène et les gens nous sifflent parce qu’on boit de l’eau…

Hexalive : oui, ça c’est parce que vous avez Réveillé le Punk, Céréal Killer, ce sont des titres qui ont marqué les esprits…

Baste : ouais, c’est vrai c’est vrai… on l’a cherché c’est de notre faute…

Hexalive : Dj Pone il est parti… il a pas mal bossé avec vous…

Nikus : Non, non, il est dans le coin.
Baste : oh il est pas bien loin… Dj Pone depuis qu’il est tout jeune c’est un espèce d’hyperactif… les championnats de DJ, la grosse aventure Svinkels… Mais là aujourd’hui Birdy Nam Nam prend trop de place dans sa vie pour pouvoir concilier les 2 groupes…

Hexalive : et sa petite famille à s’occuper aussi ?

Baste : Oh ça c’est la bonne excuse !! la plupart du temps c’est pour aller boire des coups dans les bars de hooligans !! Non, il pouvait vraiment pas faire les deux, sinon je pense qu’il l’aurait fait avec plaisir. Merci à lui pour tous ses bons et loyaux services. Il nous a beaucoup aidé, on a beaucoup avancé avec lui. Et il est pas exclu qu’un jour ou l’autre…

Hexalive : Il a bossé quand même sur l’album avec vous ?

Baste : mais il fout rien sur les albums Pone…
Nikus : Pone il a été là pour la scène, et c’était au feeling, c’était le meilleur… Il a fait la compil l’aperçu des Svink aussi…
Xanax : les instrus en grande partie c’est moi…

Hexalive : Justement alors, comment ça se passe aujourd’hui ?

Xanax : Là sur cet album, tous les instrus ont été refaits, réarrangés par un gars.

Hexalive : qui est ?

Xanax : qui est Dr Frankenstein. On avait déjà beaucoup bossé avec lui sur d’anciens titres des svinks. Le svink c’est chicHappy hour, Cereal Killer

Hexalive : et pour poser les compos ?

Xanax : Au début on arrivait avec des textes tout écrits, maintenant on va écrire sur des instrus qui nous plaisent, qui nous inspirent… Là on a du en écouter au moins 200, on a même passé des commandes… C’était un peu comme le jeu des 7 familles, vas-y pioche quoi…
Baste : Aujourd’hui on avait vraiment envie de partir des musiques pour avoir des idées… En plus, on avait plus beaucoup d’idées, on a un peu fait le tour d’la question (rires) !! Mais quand tu commences à prendre goût à la musique, ben t’as envie de jammer quoi… par exemple Xanax sur cet album il a plus chanté que sur les autres. Tu vois des fois il dit « ah non là je chanterai plus que je ne rapperai… » D’où ce fameux titre (il chante avec sa plus belle voix de crooner) « Je chanterai plus que je ne rapperai…. » (Rires)

Hexalive : Et comment ça vient les idées là… non parce que du PQ… Comment t’en arrives à des idées comme ça ??

Xanax : ben là, le gars qui a bossé avec nous sur l’album, c’est un instru qu’il a composé et on était derrière lui à ce moment là. Et on s’est dit celui là faut pas qu’il passe à la trappe… Et vu qu’on avait regardé Beavis and Butthead au moins 50 fois ensemble, on s’est dit vas-y autant faire un titre débile… On était parti sur l’idée de faire un truc cohérent… et en fait non.
Baste : On a fait un truc débile.
Xanax : On va faire du flow sur un truc qui mérite du flow… les textes ils viennent ou ils viennent pas !
Baste : Tu te laisses porter… après c’est là ou tu fais la différence entre les gens qui ont du talent et ceux qui en ont pas (rires)… T’écoutes des trucs, les idées elles tombent, en fait tu choisis pas vraiment !

Hexalive : et après comment tu fais : tu notes, comment ça se passe pour garder un son, un flow, un texte ?

Baste : ben faut se forcer des fois quand même… on travaille de plus en plus en freestyle, par exemple Le Blues du toxicomane j’avais dans la tête un instru à la Busta Rhymes, un espèce de flow ragga… tu sais avec les phrases qui se terminent en « man » (il imite le flow), ben « man »… toxico « man »… et voilà…

Hexalive : justement tiens, cette chanson, c’est par rapport à qui ou quoi ?

Xanax : ben on parle un peu de ce qu’on a vu, là, dans le 18ème, l’est parisien… On croisait les crackers… (ceux qui prennent du crack, ndlr…), on a eu envie  de parler un peu des autres aussi…
Baste : Dans cet album, des fois on dit « tu » des fois on dit « il », ce qui est déjà super rare !!! En gros, ça fait quand même 10 ans qu’on dit « je »… Un jour on va dire « nous » (il chante Imagine de John Lennon…)

Hexalive : j’avais entendu dire que vous vouliez renouer avec une image plus hip-hop… Parce que quand même vous êtes perçus comme rock plutôt… Dirty Center sera plus Hip-hop ?

Nikus : C’est pas une question de hip-hop ou rock ou machin ! On applique exactement les mêmes trucs que tous ceux qui font du rap, mais avec un esprit rock.

Hexalive : c’est pour ça que vous plaisez quand même à une large majorité… entre les textes marrants et les instrus efficaces…

Xanax : Déjà, on a mûri musicalement. Puis on a été chercher un gars qui pouvait nous amener au-delà, qui nous propose une idée, du recul. T’as toujours quelqu’un derrière un album : t’as le producteur, le réalisateur qui va aussi te pousser à faire toujours mieux sans céder non plus à la facilité.
Nikus : et à partir du moment ou t’as une personne extérieure qui entre en compte, ben tu lui dois des comptes aussi.
Baste : lui, il t’a dit oui parce que tu l’as pas déçu. Faut rester sur cette optique, tu peux pas le décevoir car il te donne de son temps.

Hexalive : Les morceaux Santiag Country et P’tit con sur le myspace…

Xanax : mof c’était une idée, j’ai rejoué le thème… mais on les laisse sur le myspace, c’est plus pour les fans ou les gens qui nous connaissent pas.
Baste : déjà ils sont sur le myspace depuis trop longtemps… c’est comme du PQ pour mon trou-trou… il devait pas figurer sur l’album…

Hexalive : Ah bon ?

Baste : ben ouais c’était un truc qu’on voulait donner en cadeau à notre public, le truc qui faisait un p’tit peu monter la sauce en attendant que le nouvel album sorte quoi…

Hexalive : Vous êtes très « américain » ces derniers temps mine de rien : les morceaux myspace, la pochette de l’album… Pourquoi ?

Baste : Déjà, c’est pour provoquer un peu, et puis aussi parce qu’ici, tu vois les gens ils ont des belles idées à la base «  Liberté, égalité, fraternité »,  et pourtant ils sont toujours là « ouais, les américains c’est des cons… ». Excuse-moi mais les américains, ils sont pas plus cons que les français, ça se saurait ! Et puis pas plus cons qu’ailleurs non plus. En gros dans n’importe quel pays t’as une partie des gens cons et une partie de moins cons… et encore ça dépend de quel côté tu te places ! L’idée c’était aussi d’assumer ce qu’on est, c’est-à-dire des rappeurs, ultra fanatique de culture rap américaine, mais au-delà de ça, on est né en France et on aime la bière et le pinard…

Hexalive : sinon ça va, pas trop froid ?

Xanax : temps de merde…
Baste : c’est la faute à la couche d’ozone… euh non en fait c’est la faute à Roland-Garros, dès qu’il y a un français qui joue il flotte….Ou alors c’est l’effet Ch’tis… Même la météo s’est mise à l’heure des Ch’tis…

Hexalive : qu’est-ce que vous pensez du tuning ?

Baste : c’est mortel le tuning… si ça prend pas le pas sur ta vie de famille…
Nikus : après tu sais pas, si ça se trouve la bonne femme c’est une conne, et le mec il a plus que ça à foutre parce qu’il veut pas voir sa gueule… après y a des meufs aussi tu te demandes pourquoi, dans ces cas là, elle reste avec un connard pareil…

Terencio (Hexalive): Moi j’voulais savoir aussi, la mort de Pascal Sevran après Carlos, ça fait pas beaucoup ?

Baste : j’ai été etonné qu’à un moment Sarkozy se soit rapproché de Sevran quand même. Non parce qu’au départ Sevran, c’était l’entourage mittérandien…
Nikus : il a trop retourné sa veste…
Baste : Par contre, Carlos est resté de droite jusqu’au bout… C’est marrant, je me disais qu’en terme d’empreinte vocale on aurait pu faire un featuring… Il avait ce côté Method Man à la française… Puis ils n’ont pas annoncé à l’avance la mort de Carlos….

Terencio (Hexalive) : Pendant que j’empilais les cubes, vous descendiez des cubis ?

Baste : t’as quel age ?

Terencio (Hexalive) : 21 ans.

Baste : t’es né en 1987… c’est l’année ou on a commencé le rap… à en écouter j’veux dire. Svinkels, on a commencé en 1994… t’avais 7 ans… Le décalage… c’est comme une fois on a entendu une meuf dire « Ah ouais Svinkels j’connais !! c’est toute mon adolescence… » C’est dur…

Nikus se lève, il a à faire…nous salue gentiment, et s’en va. Baste et Xanax dédicacent le vinyl de Terencio, on prend des p’tites photos… Merci les Svink…Malgré le temps pourri et le froid, vous avez été patients et vraiment sympas…On vous revaudra ça !

Interview réalisée par Milie et Terencio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *