7 novembre 2007 : Une repet avec Lofofora

Rendez vous est pris avec les Lofofora ce mercredi après-midi dans leur studio de repet en région parisienne. On est un peu en avance, ils sont un peu en retard, du coup on en profite pour descendre quelques bibines.
Phil est le premier sur place, et on lui donne la main pour sortir tout le matos entreposé dans un local et l’amener dans la salle de repet.

Mine de rien ca fait du volume entre les têtes d’amplis, la batterie, les baffles (notamment le corps pour la basse qui doit faire son mètre soixante dix de hauteur) et le nouveau flight case de Phil.
Pierre nous rejoint à ce moment là, et il commence à défaire la batterie en place (ce sont des studios de répet loués à l’heure, donc disposant déja d’une batterie) pour installer la sienne en lieu et place sur l’estrade. Le tout se fait au son de « The Hives » qui tourne sur le portable installé dans la pièce. Un moment lors son l’installation j’ai cru que c’était pour lancer des samples, ce qui m’étonnait car je ne sais pas les Lofo coutumier des machines, mais en fait pas du tout : il s’agit simplement de faire l’installation du matos en musique. Et avec tout le matos à monter et brancher, ca prend du temps.

On s’installe dans le coin détente du local, où on est rejoint par Phil puis Reuno qui arrive à son tour. L’occasion d’échanger déja quelques mots et de faire les présentations. Enfin, c’est l’arrivée de Daniel, victime d’une panne d’oreiller et du raté de train qui s’ensuit (il vient de Besançon).
Pendant la fin de l’installation, c’est le moment de discuter des morceaux qui seront joués lors de cette répétition. L’accent est donné sur des morceaux qui ne font pas partie de la playlist actuelle, afin de pouvoir changer cinq morceaux chaque soir des trois concerts parisiens de la semaine prochaine. En plus des morceaux déja présents, cela aménera à un show d’environ 1h45, amis pogotistes préparez vous ! D’autant que l’enchainement des morceaux sera différent, et au final cela donnera un concert sans trop de temps mort ou de morceaux plus cools.
Mais avant de prendre les instruments, c’est le moment de poser les questions que vous nous avez envoyées. Tout le monde se rassemble autour de la table basse et c’est parti. Pour ce qui s’est dit à ce moment, je ne peux que vous conseiller de vous diriger dans la section « interviews » du site.

On range ensuite le dictaphone pendant que les Lofo rejoignent leurs instruments respectifs et commencent leur repet par « la belle vie » tirée du nouvel album. C’est ensuite un plongeon quelques années en arrière avec « Charisman » qui débute jusqu’au break, et là les instruments s’arrêtent et le débat s’installe pour savoir si c’est mieux de faire une version courte, ou de jouer le morceau comme sur l’album. Au final, le choix sera fait de le jouer en intégralité, après une petite révision de la structure via le baladeur mp3.

Un slap annonce ensuite le début d' »Arraché« , puis nous aurons droit entre autres à « Justice pour tous », « Employé du mois« , « Ici ou ailleurs« , « 5 milliards », « Carapace« … Un petit sourire entendu entre les zicos pendant que Reuno chante « un p’tit bout d’fromage » sur le nouveau morceau « Nobody »s perfect » confirme ce qui nous a été dit pendant l’interview, certaines phrases sont d’ores et déja cultes, et Reuno n’a pas fini de se faire chambrer.
On est rejoint dans le studio par Aurélien, ex membre de Noxious Enjoyment (où officiaient également Phil et Daniel), qui est dixit Reuno « le guest qui fait le solo très heavy métal sur Torture« . Un petit délire s’ensuit d’ailleurs sur la modéstie d’Aurélien. Malheureusement, King Ju, qui devait être là aussi aujourd’hui a été retenu par des finalisations d’illustrations. Ca n’empêche pas le groupe de travailler la mise en place de « Torture » pour le live. Des modifications sont faites en direct, notamment sur les guitares qui au lieu de jouer certaines parties de front vont faire des questions-réponses.

Bref, ils ne se contentent pas de jouer leur playlist de bout en bout en enchaînant les morceaux comme ils apparaissent sur l’album, il y a toujours une petite question qui se pose sur la manière de jouer un passage, de peut être y ajouter une petite modif, que ce soit sur des anciens ou des nouveaux morceaux.

Toutes les bonnes choses ayant une fin, la répet se termine et c’est l’heure de dire au revoir au Lofo, en prenant d’ores et déja date pour ma part avec le Nouveau Casino la semaine suivante.

Arnaud Guignant