Gyraf

La tête en l’air et les pieds sur terre

Peu d’artistes ont l’occasion de s’offrir Bercy comme première scène. C’est pourtant ce qui est arrivé à Gyraf, qui a vécu son baptême des feux de la rampe aux côtés de -M- et devant 15 000 personnes ! HexaLive – On peut dire que tu as commencé ta carrière sur les chapeaux de roue…

Gyraf – C’est vrai que c’est une histoire assez incroyable. Le 28 novembre 2004, j’assistais au concert de Mathieu Chedid, qui avait pour habitude de faire monter un spectateur sur scène pour une chanson, Le Gimmick. Il lui laissait alors carte blanche pour proposer un thème musical, le fameux «gimmick»… Et il m’a choisi. C’était la première fois de ma vie que je chantais dans un micro ou presque, -M- m’a passé sa guitare et j’ai chanté une chanson entière, Ô mon ami.

HL – Que le public a repris en choeur !  Et ce n’était que le début de l’histoire…

G – Oui, le courant était vraiment passé avec -M-. Du coup, fin 2005, quand j’ai enregistré mon premier EP, Simplement, je lui ai proposé de faire une apparition sur la chanson Ô mon ami, et il a dit oui. Au début il ne devait faire que quelques choeurs et puis finalement il a enregistré une bonne partie du refrain ! En fait c’est avant tout l’histoire d’une rencontre humaine qui a débouché sur un projet musical, et c’était dès le départ assez emblématique de ma façon de travailler.

HL – Car Gyraf, ce n’est pas un homme seul, mais ce que tu appelles un «collectif à géométrie variable».

G – Je vois Gyraf comme une interface de rencontres entre des gens qui ont avant tout comme point commun un rapport humain. Ensuite, de ces rencontres naissent des possibilités musicales. C’est pour cela que le collectif est en constante évolution, toujours ouvert aux nouvelles rencontres, et donc aux nouvelles pistes musicales.

HL – Du coup tu peux te retrouver à chanter seul avec ta guitare ou bien au sein d’une formation d’une dizaine de musiciens ?

G – Exactement. Sur mon premier DVD, nous sommes neuf sur scène. Cette expérience a vraiment été l’illustration de la plate-forme de rencontres que se veut Gyraf. C’est un DVD complètement unique, compte tenu du nombre considérable de personnes qui se sont mobilisées pour rendre l’évènement possible. Des musiciens, mais aussi des professionnels du spectacle. Plein de monde nous a aidé à faire avancer ce projet. Et le résultat est le reflet de cette énergie collective : neuf musiciens sur scène, un concert filmé par cinq caméras, c’était vraiment assez hallucinant !

HL – Quand tu écris, réfléchis-tu d’emblée aux différentes formes que devront prendre tes morceaux ? Solo, acoustique, ou au contraire en groupe avec des cuivres, des choeurs…

G -Hmmm, non. J’ai essayé de fonctionner comme ça et ça n’a pas marché ! (Rires)
En fait à la base j’essaye déjà de produire quelque chose qui sonne bien en version guitare-voix et on voit ensuite comment cela peut évoluer, selon les rencontres, les gens qui sont amenés à jouer dessus. C’est toujours la même idée de collectif à géométrie variable, qui bouge avec ce que chacun apporte. De toutes façons, moi, je me définis plus comme un songwriter que comme un musicien.

HL – Quelles sont tes inspirations, justement ? Où puises-tu tes idées ?

G – Dans mon coeur !! D’où veux-tu que cela vienne ??  (Rires)  En fait, j’essaye surtout d’écrire sur des choses qui me touchent. Dernièrement par exemple, j’ai écrit une chanson sur les élections. Je n’aurais jamais cru aborder un jour un sujet politique comme ça. Mais cela m’a interpellé, je me suis senti mal à l’aise face à ce qui se passait, et du coup le texte a vu le jour. Pareil pour une autre chanson qui parle des radars mobiles. J’écris sur ce qui me frappe, sur ce qui me tient à coeur, et quand je chante mes morceaux, je réalise que je ne suis pas le seul à réagir à ces sujets. Ca me fait du bien d’en parler et ça fait du bien aux autres aussi ! Que demander de plus ?

HL – Tu te définis comme un chanteur militant ?

G – Oh lala, c’est un grand mot militant ! Pour moi, être militant c’est passer du temps enchaîné à un arbre pour défendre une cause… Disons que je suis un chanteur engagé ! C’est déjà pas mal !

HL – Quelles sont tes influences musicales ?

G – Les chanteurs à texte, principalement, comme Mathieu Chedid, Tété, Sinclair ou Dick Annegarn. Et aussi le funk et les musiques ethniques, comme Nusrat Fateh Ali Khan. Tout ce qui fait voyager en fait !

HL – On peut s’attendre à retrouver ces voyages sur ton premier album ?

G – Sûrement ! On est actuellement en pré-production et on recherche des partenaires pour le commercialiser. Encore une fois, cela sera une histoire de personnalités. Je ne cherche pas forcément une maison de disques mais plutôt des gens prêts à s’embarquer dans l’aventure. J’aime me laisser bercer par les rencontres…
Propos recueillis par Sarah Portnoï

Retrouvez l’univers de Gyraf, toute son actualité musicale, son EP, son DVD et ses dates de concerts sur www.myspace.com/gyraf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *